L’impôt sur le revenu, comment ça fonctionne ?

Sujet controversé par excellence, l’impôt sur le revenu nous concerne quand on cherche à maitriser sa situation financière. Nous détaillons ici son fonctionnement. Cela vous permettra d’avoir quelques statistiques toujours intéressantes à avoir en tête pour briller en société.

Qu’est ce que l’impôt sur le revenu ?

L’impôt sur le revenu est un impôt direct français apparu en France en 1914 et 1917. Il est appliqué à un foyer fiscal, donc pas forcément à un seul individu. Il comprend l’ensemble des revenus (salaires, loyers, revenus des placements …) des personnes comprises dans le foyer fiscal. L’impôt sur le revenu, en France, est un sujet incompris. Si bien que l’Etat français nous a gratifié d’un site internet pour savoir à quoi servent nos impôts.

La proportion des impôts sur le revenu par rapport aux prélèvement obligatoires payés par les Français.
Les impôts sur le revenu ne représentent que 7% du total des impôts et taxes payées par les Français.

Contrairement aux idées reçues, l’impôt sur le revenu ne représente que 7% des prélèvements obligatoires des Français. C’est bien loin derrière les cotisations sociales et la TVA. Pourtant, il occupe bien plus les débats. De même, l’impôt sur le revenu ne représente qu’environ 24% des recettes de l’état derrière la TVA (environ 52%) et devant l’impôt sur les sociétés (environ 8%).

Qui paie l’impôt sur le revenu

Encore, contrairement aux idées reçues, plus de la moitié des foyers fiscaux ne paient pas d’impôt sur le revenu (56%). Mathématiquement, 44% des foyers le paient. De même, 10% des foyers fiscaux les plus riches paient l’équivalent de 70% de l’impôt sur le revenu. La moyenne de l’impôt sur le revenu par foyer fiscal est de 4200 € en 2019. (Source: https://www.economie.gouv.fr)

Comment est calculé l’impôt sur le revenu

Comment nous l’avons dit plus tôt, l’impôt sur le revenu est payé par foyer fiscal et comprends l’ensemble des revenus de celui-ci. Donc, il faut également inclure les revenus qui ne sont pas des salaires. Par exemple, les loyers que vous percevez de locations ou les revenus de vos investissements financiers, etc. Cette somme constitue le revenu net. Le fisc applique forfaitairement un abattement de 10% (pour les salariés) sur cette somme pour calculer le revenu net imposable. Cette abattement de 10% a pour vocation de compenser les frais professionnels comme les frais kilométriques et repas supportés par les salariés. Si vous estimez que les frais que vous supportez pour aller travailler son supérieur à ces 10% vous pouvez les déduire en déclarant en frais réels (en gardant des justificatifs comme des factures de vos coûts. Ce montant est limité à 12 502 € par personne.

Une fois le revenu net imposable calculé, on va l’imposer « progressivement » et par tranche. C’est-à-dire qu’on va appliquer un certain pourcentage d’imposition aux revenus se situant dans une tranche. Par exemple, le nouveau barème pour 2019 sera le suivant :

Fraction du revenu imposableTaux d’imposition
jusqu’à 9 964 €0 %
de 9 964 € à 27 519 €14 %
de 27 519 € à 73 779 €30 %
de 73 779 € à 156 244 €41 %
Au-delà de 156 244 €45 %

Les parts fiscales

Selon la composition du foyer composant votre foyer fiscal vous allez avoir un certain nombre de parts fiscales. Ainsi, chaque individu compte pour une part fiscale. Deux membres composants un couple compte donc pour 2 parts fiscales. Ensuite, selon le nombre d’enfants composant le foyer fiscal vous aurez des parts fiscales supplémentaires. Jusqu’à 1 part par enfant supplémentaire au-delà de 5 enfants.

De plus, si vous êtes dans un cas particulier (ancien combattant, handicap, en situation de garde alterné …) vous pourrez bénéficier de part supplémentaire. Plus d’informations ici : Le calcul des parts fiscales. Enfin, il suffira ensuite simplement de diviser votre revenu net part le nombre de part fiscale pour obtenir votre revenu net imposable.

Un exemple simple

Supposons que je gagne 35 000 € net à l’année et que je sois seul dans mon foyer fiscal, donc 1 part fiscale. Le fisc va retirer arbitrairement 10% ( donc 3 500 €) à ce montant pour avoir le revenu net imposable de 32 500 €. Ensuite, on applique le barème de l’imposition par tranche.

Attention, si vous êtes sur mobile, vous risquez de ne pas voir les trois colonnes du tableau. Pensez à passer en mode paysage.

Fraction du revenu imposableTaux d’impositionMontant (Base 32 500 €)
jusqu’à 9 964 €0 %0 €
de 9 964 € à 27 519 €14 %27 519€ – 9 964 € = 17 555 €
17 555 * 14% = 2 457,7€
de 27 519 € à 73 779 €30 %32 500 – 27 519 € = 4 981 €
4 981 * 30% = 1 493,3 €
de 73 779 € à 156 244 €41 %0€
Au-delà de 156 244 €45 %0€

Par conséquent, je vais donc payer 2 457,7 € + 1493,3 € soit 3 952 €.

Pour aller plus loin

Quelques remarques importantes, une augmentation de revenu qui vous entrainerait dans la tranche supérieure ne vous fait pas basculer intégralement dans la nouvelle tranche.Premièrement, si j’ai un revenu Net imposable de 25 000 euros et que l’année d’après j’ai une augmentation de 2 520€ de mon net imposable. Ce n’est pas les 27 520€ qui sont imposés à 30%. Mais uniquement 1 € à 30% donc 0,30 centime. Le reste de mon augmentation sera imposé à 14%. C’est une erreur qui pourtant revient souvent.

Deuxièmement, il est toujours bon d’avoir une idée de l’imposition de la tranche maximale qui nous concerne. Comme ça, si vous avez l’opportunité de faire quelques heures supplémentaires (qui sont imposées) vous pourrez vous rendre plus facilement compte de l’argent qui vous reviendra réellement dans votre poche. Par conséquent, si vous êtes à 30% et que vous allez gagner 100 euros pour un travail supplémentaire, ce n’est pas 100 € mais bien 70 € qui vous reviendront effectivement dans votre poche. À vous de pondérer le pour et le contre.

Photo de Kelly Sikkema sur Unsplash

Leave a Reply