Les 7 conseils en finances personnelles à connaitre absolument

Il y a quelques semaines, j’ai écrit un article en guise d’introduction aux finances personnelles. Aujourd’hui, j’aimerais détailler les 7 conseils clés qu’il faut absolument connaitre dans le domaine des finances personnelles. Si vous devez retenir quelque chose de ce blog, ça sera probablement dans cet article. Non pas que le reste du site est inutile (ou tout du moins, je ne l’espère pas), mais que ces éléments sont la base d’une bonne hygiène financière… Et qu’apparemment les gens aiment bien les tops.

Ainsi, si vous avez 20 balais (ou même 50 d’ailleurs) et que vous vous demandez quelles sont les choses les plus importantes à savoir sur la gestion de ses finances personnelles ? Et bien, c’est probablement ce qui suit.

Les 7 conseils en finances personnelles

#1 L’épargne de précaution

Vous devez vous constituer une épargne de précaution. C’est la base. Une épargne de précaution est une somme d’argent facilement accessible qui vous permet d’encaisser les coups durs ou les dépenses imprévues. Concrètement, on conseille de placer un montant équivalent à 3 à 6 mois de revenus sur un placement suffisamment liquide (aka facilement accessible) du style livret A (ou encore une assurance-vie en fonds euros).

Comprenez bien qu’avec cette épargne de précaution, en réalité, vous vous constituez une certaine tranquillité d’esprit. Rien de plus agaçant que de devoir taper dans ses placements ou, pire encore, faire un emprunt pour faire face à une dépense inopinée. Et pour les personnes ayant des plus petits revenus, c’est également cette épargne de précaution qui vous rendra plus serein dans le cas d’un licenciement, d’un changement d’emploi ou d’un arrêt maladie quelconque. Bien qu’il existe des allocations diverses (chômage, etc) le temps d’attente (entre le versement de vos prestations) pourra être encaissé par cette épargne de précaution.

Aucune raison de ne pas avoir d’épargne de précaution. Si jamais vous l’avez consommée, pensez à la reconstituer. C’est probablement un des conseils en finances personnelles le plus important.

#2 Ce n’est pas combien vous gagnez qui compte…

… c’est combien il vous reste à la fin du mois. C’est probablement le conseil en finance personnelle le plus contre-intuitif et pourtant … Il est facile de croire, surtout quand on a un petit salaire, qu’en gagnant plus, la vie sera plus facile et on pourra s’enrichir. Bien que, évidemment, ça aide, le plus important reste l’argent que vous serez capable de mettre de côté (et d’investir).

En d’autres termes, il est préférable de gagner 1500 € / mois, d’avoir au final peu de dépenses (hébergé chez la famille, peu dépensier, etc) et être capable de mettre 1000 € de côté par mois que de tourner à 2500 € / mois à Paris et d’avoir les dépenses telles qu’on peut mettre au mieux 200 € / mois de côté. Pour cette raison, les revenus sont en réalité bien plus relatifs à une situation donnée. Et l’augmentation des revenus n’est pas forcément la solution. Par exemple, devoir déménager dans une ville plus onéreuse pour un salaire plus important n’est pas forcément dans votre intérêt (plus d’impôts, loyer plus élevé, etc).

Pareil, il est très tentant d’augmenter ses dépenses proportionnellement à l’augmentation de ses revenus. On appelle ça : le « lifestyle inflation » ou « lifestyle creep » dans la langue de Mr Bean. Et je sais de quoi je parle parce que je suis le premier à faire ça. La bonne stratégie pour pallier à ce problème c’est d’allouer une partie de cette augmentation aux dépenses « plaisir » et l’autre partie à l’investissement. Évidemment, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Le mieux serait d’avoir un gros salaire avec proportionnellement des dépenses faibles parce qu’encore une fois le plus important c’est l’argent que vous mettez de côté pas celui que vous gagnez.

#3 : Analyser ses dépenses.

Conseil en finance personnelle n°3 : Analysez vos dépenses.

Alors je sais que ce conseil en finance personnelle va un peu diviser. Je sais qu’il est vraiment chiant rébarbatif de faire un budget. Mais, heureusement, des applications existent comme le site Bankin par exemple (mais il y en a d’autres). Les banques proposent également de plus en plus des fonctionnalités de budgétisation. Et enfin, si vous n’avez rien de tout ça vous pouvez également le faire vous même avec un stylo et une feuille de papier ou Excel. L’idée n’est pas de savoir à la virgule près ce que vous dépensez, mais d’avoir une idée grossière d’où part votre argent.

Vous verrez peut-être par cette occasion que vous dépensez un peu trop en sortie ou en restau (ou autre chose). Encore une fois, l’idée n’est pas de dire qu’il ne faut pas sortir ou faire des restaurants mais plutôt de vous assurer que vous dépensez un montant avec lequel vous êtes confortable. Indice, si vous en êtes à vous dire « p*tain, j’ai dépensé autant le mois dernier en *insérer ce que vous voulez* ? » C’est que vous n’êtes probablement pas confortable avec le montant dépensé.

Faire un budget permet également de voir les dépenses qui passent un peu inaperçues mais qui, cumuler, commencent à représenter une somme rondelette qu’on aurait bien aimé dépenser ailleurs. Les forfaits box un peu trop élevés, les assurances à renégocier, les frais bancaires qui s’accumulent, etc. En ce qui me concerne, je fais le point environ 4 fois par an sur ma situation et j’essaie de voir les dépenses que je peux améliorer.

#4 : Avoir plusieurs sources de revenus

Alors, je suis d’accord, ce conseil en finance personnelle va peut-être en faire sourciller. Soit, c’est évident pour vous qu’on peut avoir plusieurs sources de revenus, soit (et c’était mon cas), c’est quelque chose que vous n’avez encore jamais osé envisager. Pour la plupart des gens, la principale source de revenu, c’est le salaire. Mais, absolument rien n’empêche d’avoir plusieurs sources de revenus.

Je ne parle pas forcément d’avoir deux emplois où vous vous tuerez à la tâche, ça n’a aucun sens. Ce que je veux dire, c’est qu’il faut vous créer une stratégie ou vous allez avoir plusieurs sources de revenus, si possible, décorrélées du temps passé. Un salaire, certes, mais pourquoi pas des loyers d’une location, des dividendes d’un placement financier, vos objets (voiture, outils) que vous pourriez proposer à la location entre particulier, des droits d’auteurs d’un livre que vous aurez écrit, vos fabrications maisons que vous pourriez vendre en micro-entrepreneur le soir et week-end, les intérêts que vous pourriez percevoir lors des emprunts entre particuliers avec la plateforme Mintos par exemple. Bref, la liste est longue, mais il y a une tonne de manière de générer plusieurs sources de revenus.

Alors attention, je n’ai pas dit que c’était facile. Quoi que, acheter un appartement et percevoir un loyer, c’est plus facile qu’on le pense. Et si l’on n’a pas le budget pour un appartement, il y a les box et places de parking. Mais ce qu’il faut retenir de ce conseil en finances personnelles c’est que plus vous pouvez vous constituer des sources de revenus différentes alors non seulement vous aurez mécaniquement plus d’argent mais vous aurez également une situation plus résiliente. En effet, si vous perdez votre emploi vous aurez toujours d’autres sources de revenus sur lesquelles se reposer.

#5 : Investissez régulièrement le plus tôt possible quitte à vous arrêter après.

Investissez le plus tôt possible

Là, j’avoue, ce conseil aurait pu être dans un article nommé « ce que je regrette de ne pas avoir fait plus tôt ». Effectivement, je regrette de ne pas avoir commencer à investir plus tôt, ne serait-ce qu’un petit peu. J’ai commencé à investir à la fin de ma 20aine et aujourd’hui je me rends compte à quel point j’aurai dû commencer plus tôt. À l’époque, étudiant, je n’avais pas un rond, mais si j’étais vraiment objectif avec moi même il y a toujours la possibilité de mettre en place un petit virement d’un petit montant tous les mois pour commencer à prendre de bonnes habitudes.

Bref ce qu’il faut retenir, de ce point c’est que grâce à la magie des intérêts composés dont je parle plus longuement dans cet article « Comment les intérêts composés peuvent vous rendre millionnaire. », il est important d’investir le plus tôt possible pour commencer à faire tourner la machine. Certes, pour que les montants soient importants, il faut, dans tous les cas investir des sommes suffisamment conséquentes (et pas que 50 € par mois). En revanche, ce qui est sûr, c’est que plus l’argent est placé tôt, plus il rapportera.

Supposons que Marie place 200 € par mois à 20 ans et qu’elle s’arrête de faire des versements à 30 ans. Alors, elle se retrouvera avec un capital qui, placé à 8% et avec la magie des intérêts composés lui rapporteront, à 60 ans, environ 362 500 €. Si maintenant David place 200 €par mois à 30 ans jusqu’à ses 60 ans. Lui, se retrouvera avec un capital de « seulement » 281 000 €. J’ai dû faire plusieurs fois le calcul tellement celui-ci me parait aberrant. Et pourtant ça semble être vrai. Mieux vaut investir taux et ne plus investir que d’investir plus tard tout le temps. Même si le mieux resterait d’investir tout le temps et tôt.

Et pour ceux qui estimeraient que 8% c’est peu probable comme rendement sur 30 ans. On s’en moque, ce n’est pas ça qui est important dans le point que je soulève.

#6 : Comprendre la logique de l’inflation et des intérêt.

« Près de 60 % des personnes interrogées ne maîtrisent pas l’effet de l’inflation sur leur pouvoir d’achat ou le calcul d’un intérêt sur un placement ». C’est un fait que je relaie très souvent dans mes articles, mais il semblerait qu’en France (et pas seulement) beaucoup de personnes ne comprennent pas le mécanisme de l’inflation. Et lorsque je regarde les actualités, je me rends compte à quel point ça semble vrai. Si c’est votre cas, je vous invite à consulter l’article : Comment se protéger de l’inflation qui vous donnera plus d’informations. C’est un des conseils en finances personnelles que je ne rabacherai jamais assez.

Quoi qu’il en soit, vous devez comprendre comment l’inflation fonctionne et comment vous en protégez. Si ce n’est pas le cas, cela ne peut signifier qu’une chose, l’appauvrissement. Vous verrez votre capital, quel que soit le montant, fondre comme neige au soleil. Alors, afin de ne pas gaspiller le fruit de votre travail ayez quelques connaissances afin de placer vos sous sur un support qui rapportera plus que l’inflation.

Par exemple, de nos jours, le livret A à un rendement de 0.50% et l’inflation en France est comprise, grosso modo, entre 0 et 2% selon l’Insee. Même s’il y a pas mal de raison de penser que l’inflation est en réalité plus élevée parce que la méthode de calcul de l’Insee est « discutable » mais ça, c’est un autre débat. Là où je veux en venir, c’est que mécaniquement quand l’inflation est supérieure au taux d’intérêt de votre placement, vous perdez de l’argent mécaniquement.

#7 Faire la différence entre la bonne dette et la mauvaise dette.

La différence entre la bonne dette et la mauvaise dette.

Je sais, pour en parler beaucoup autour de moi, que beaucoup de personnes ont des aversions de l’emprunt bancaire. Et c’est vrai que ça peut être embêtant de se sentir redevable de rembourser quelqu’un tous les mois ou voir le montant des mensualités qui n’en finissent plus. Mais vous devez comprendre que toutes les dettes ne se valent pas. Et pour cela, je vous renvoie à l’article sur la différence entre un actif et un passif.

Si je devais résumer succinctement je dirais que s’endetter pour acheter quelque chose qui ne rapporte rien, c’est de la mauvaise dette qu’il faut fuir comme la peste. Se payer un mariage, un voyage ou un nouvel écran plat en faisant un emprunt bancaire, aussi petit soit-il s’est probablement une très mauvaise habitude à prendre qui vous fait payer le bien, bien plus cher que son prix réel.

En revanche, acheter un bien qui va vous apporter un rendement qui vous rapportera plus que le taux d’emprunt, c’est de la bonne dette. L’exemple tout trouvé c’est bien évidemment l’immobilier. En plus de bénéficier d’un effet de levier, vous empruntez à 1/2% et vous pouvez avoir un rendement de ~4% à 10 ou 15% pour les meilleurs. Le choix est vite fait. D’autant plus qu’en France nous avons la chance d’avoir des taux d’intérêt FIXE sur l’emprunt immobilier. Ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays.

Bref si vous avez une aversion à la dette, c’est votre choix qu’il faut respecter mais essayez de faire la part des choses. Vous avez évidemment le droit de ne pas suivre ces quelques conseils en finances personnelles.

Bonus #8 Comprendre que l’argent c’est du temps. Et pas l’inverse.

L’argent c’est du temps

Après ces sept conseils en finances personnelles, j’ai voulu ajouter un petit bonus hors catégorie. J’aime voir l’argent comme étant un jeton qui nous permet de sortir du métro-boulot-dodo et récupérer notre temps et notre tranquillité d’esprit. Par exemple, si j’ai besoin de 1000 € pour vivre par mois et que j’ai 3 000 €, alors j’ai 3 mois de disponibles. Si j’ai 3 mois de disponibles, j’ai 3 mois pour essayer de trouver une source de revenus (ou attendre une source de revenus, comme un remboursement d’emprunt qui se termine) qui me permettrait de tenir encore. Évidemment, ce que je dis ce n’est que de la théorie, mais penser l’argent comme étant du temps permet d’avoir une tout autre mentalité et de voir les choses différemment. C’est également un moyen d’estimer le montant nécessaire pour se lancer dans l’entrepreneuriat en essayant d’évaluer le montant nécessaire pour réaliser ses projets.

Vous connaissez certainement le vieil adage : « Le temps c’est de l’argent ». Mais, selon moi, on devrait plutôt accentuer le fait que l’argent c’est surtout du temps. L’argent peut acheter plein de choses, certes. Mais il peut aussi acheter le bien le plus précieux que nous aillons à disposition c’est-à-dire le temps.

Conclusion sur les conseils en finances personnelles

J’espère que ces quelques conseils en finances personnelles vous seront utiles et que vous avez appris des choses. Encore une fois c’était selon moi l’essentiel bien résumé de ce que vous devez impérativement maitriser si vous souhaitez simplement reprendre vos finances en mains. Si vous voulez approfondir ces notions et en apprendre d’autres je ne peux que vous inviter à vous abonner au blog et à le partager à vos connaissances qui, eux aussi, en auraient probablement bien besoin.

Photo par Markus Winkler, Valeria Zoncoll, Aron Visuals, Alice Pasqual, Frame Harirak sur Unsplash

Leave a Reply