L’inflation, l’ennemi de votre porte-monnaie

Début 2017, Allianz publiait une étude sur la culture financière des individus de 10 pays européens. Il est apparu que la France était bonne dernière (avec l’Italie et le Portugal). Sur des sujets basiques de connaissances financières comme le rendement, le risque financier et celui qui va nous intéresser particulièrement aujourd’hui : l’inflation.

Cette méconnaissance du mécanisme de l’inflation semble davantage concerner les « milléniales » (donc les moins de 35 ans). Seulement 49% des personnes interrogées de cette catégorie étaient capables d’expliquer son fonctionnement. Il nous faut donc remédier à cela en expliquant ce qu’est l’inflation et pourquoi et comment s’en protéger. L’étude d’Allianz (disponible en suivant ce lien : Culture financière : les Français sont les derniers du classement européen )

Qu’est-ce que l’inflation ?

L’inflation est une hausse généralisée du coût de la vie et par conséquent une baisse de votre pouvoir d’achat. Prenons un exemple simple. Aujourd’hui, une baguette coûte environ 1€. Si j’ai 10€, je peux donc acheter 10 baguettes. Faisons maintenant un bond de 10 ans dans le futur. La baguette vaut désormais 1,10 €. Avec mes 10 €, je peux désormais acheter … 9 baguettes. Je peux acheter moins avec la même somme d’argent. J’ai donc perdu en pouvoir d’achat. À l’inverse, lorsque les prix baissent, on parle de déflation.

Elle est calculée mensuellement par l’Insee qui se base sur le coût d’un panier moyen de produits et de service pour un ménage type français. Par exemple en France en 2018, l’inflation était de 1.8%. Si vous souhaitez en savoir plus vous trouverez davantage d’informations à cette adresse : Comment calcule-t-on l’inflation ?

Inflation en France (hors Mayotte) depuis 1991
Inflation en France (hors Mayotte) depuis 1991. Source: Insee.fr

Le montant de l’inflation est soumis à débats. L’économiste Philippe Herlin a écrit un livre « Pouvoir d’achat: le grand mensonge » où il critique notamment les méthodes de calcul du montant. Par exemple, pour l’Insee la part du logement n’occupe que 6% du budget moyen des Français. Ce qui semble, d’après l’économiste, bien loin de la réalité. Et si l’inflation était bien plus importante qu’on ne le pense ?

Pourquoi faut-il s’en méfier ?

Ce qu’il faut comprendre avant tout. C’est que la valeur des biens et services est relative. Le montant de vos revenus évolue, le montant de vos prestations sociales évolue et le coût de la vie évolue également… mais pas à la même vitesse. Si vous êtes salarié et que votre salaire augmente de 1% tous les ans, mais que le coût de la vie augmente de 2%, vous perdez mécaniquement en pouvoir d’achat. Un bon argument pour négocier une augmentation au moins égale à l’inflation.

Vous êtes peut-être tenté de vous dire qu’une année avec une augmentation en dessous de celle du niveau de vie, ce n’est pas très grave. C’est probablement vrai. Là où c’est plus problématique, c’est sur les longues périodes où vous ne battez pas l’inflation. Par exemple, les retraites ne sont aujourd’hui pas indexées sur l’inflation (à part celles de moins de 2000 € /mois ). Ce qui veut dire qu’entre le moment où vous prenez votre retraite à 6X ans et, disons, 20 ans plus tard votre niveau de vie risque de considérablement baisser.

Si l’on prolonge le raisonnement, l’argent que vous possédez déjà et qui « dort » sur un compte en banque risque fortement de se déprécier avec le temps. Par exemple, si vous possédez 20 000 € sur un livret A, cette somme aura un pouvoir d’achat certainement moindre dans les années à venir à cause du mécanisme de l’inflation. Aujourd’hui, le livret A ne rémunère qu’à hauteur de 0.75%. Vous perdez donc de l’argent mécaniquement en le laissant sur votre livret A.

Comment puis-je la calculer ?

Si vous souhaitez vous même calculer vos montants ajustées à l’inflation (constante), voici la formule à utiliser.

Formule de l’inflation

Il suffit de remplacer le montant en euros, le pourcentage annuel d’inflation que vous projetez et t le temps en année. Ainsi, 20 000 € a un taux de 1.8% en 10 ans aura en réalité une valeur d’environ 16 700€.

Évidemment, l’importance de la baisse de valeur de la monnaie dépend directement du pourcentage que l’on choisit. Il dépend entre autre de la santé économique d’un pays. Sans parler de la situation catastrophique du Venezuela où l’inflation était en 2018 de 130 060% (Oui, vous avez bien lu !), on s’aperçoit qu’il peut grandement varier d’un pays à l’autre comme l’atteste le graphique suivant.

Inflation des pays européens
Source: Eurostat

Au passage, on peut s’apercevoir que la commission européenne tablait sur une augmentation du coût de la vie de 1.9% pour la France en 2018 alors que l’Insee 1.8% seulement. Comme quoi, le calcul de l’inflation est subjectif.

Comment se protéger de l’inflation.

C’est, en théorie, simple. Pour se protéger, il faut faire le nécessaire pour que vos revenus augmentent au moins au niveau de l’inflation et/ou les rendements des placements battent l’inflation. Voici quelques exemples :

  • Négocier son augmentation annuelle de salaire pour qu’au moins l’augmentation dépasse celle du coût de la vie.
  • Placer son argent sur des supports qui sont plus performants comme la Bourse ou l’immobilier. (En gardant en tête qu’ils sont en général bien plus risqués donc qu’il y a toujours un risque de perte de capital et qu’en général l’argent est bloqué.)
  • En ayant des flux de trésoreries qui sont indexés sur le coût de la vie. Par exemple, si vous avez un appartement que vous louez. Le loyer augmente mécaniquement (si vous décidez de l’augmenter) avec le temps pour suivre son évolution.

A contrario, une liste de ce qui n’est pas indexé sur le coût de la vie :

  • La plupart des prestations sociales
  • Certaines retraites (voir le lien plus haut dans l’article)
  • L’argent que vous laissez trainer sur votre compte pendant trop longtemps et qui ne vous sert pas.

Ces listes ne sont pas exhaustives. Il s’agit simplement d’utiliser des images pour illustrer le thème de l’article et garder une certaine « logique » en tête. Malheureusement, rien ne peut vous garantir que votre épargne sera protégée contre l’inflation. D’autant plus qu’investir dans la Bourse (actions) ou même de l’immobilier est risqué. En revanche, une chose est sûre. Si vous laissez trainer votre argent sur un compte courant peu (voir pas) rémunérateur votre épargne fondra comme neige au soleil.

En ayant connaissance de ce concept, vous en savez déjà plus que la moitié des personnes européennes âgées de moins de 35 ans. A bon entendeur…

Et vous, connaissiez-vous l’inflation ? Dites-nous en commentaire qu’elles sont vos stratégies pour ne pas la subir ?

Leave a Reply