Comment appliquer la méthode FIRE en France

Vous avez entendu parler du mouvement FIRE et c’est quelque chose qui vous intéresse. Vous avez lu pleins d’articles dessus. Il ne manque plus qu’à transposer ça au modèle français. Vous êtes au bon endroit. Dans cet article, nous allons essayer d’établir un plan d’action pour appliquer la méthode FIRE en France.

Pour rappel, cet article est la troisième et (probablement) dernière partie d’un dossier consacré au mouvement FIRE en France. Si vous n’avez pas encore lu les autres parties, vous pouvez les consulter en suivant les liens suivants :

  1. Le mouvement FIRE : Qu’est ce que c’est ?
  2. Fire en France : Les avantages et les inconvénients
  3. Comment appliquer la méthode Fire en France
Avant de commencer la méthode FIRE en France.
Un petit disclaimer avant de commencer la méthode FIRE en France

Un petit disclaimer avant de commencer. Cet article est une tentative d’appliquer une méthode qui vient directement des États-Unis au modèle français. Je ne prétends pas que l’article soit sans erreurs tant le sujet est complexe. J’espère que des lecteurs avisés proposeront également leur point de vue sur ce sujet pour enrichir le contenu. Bien que je fasse mon possible pour proposer du contenu le plus pertinent possible, je ne suis ni conseiller en gestion de patrimoine ni avocat-fiscaliste. Cet article n’est donc pas un conseil en investissement et il est possible qu’il y ait des erreurs lors des calculs.

Avant de commencer

Pour notre postulat de départ, nous allons partir du principe que nous partons de zéro. C’est-à-dire aucun patrimoine à disposition. Ni financier ni immobilier. De plus, il est, je pense, important d’aborder quelques sujets sensibles en guise de préambules.

À propos de l’héritage

Si vous avez eu la « chance » de toucher un héritage, assez important tôt dans votre vie (supérieur à 100 000 €) alors sachez que vous partez avec un avantage non négligeable. J’ai mis « chance » entre guillemets, car, n’oublions pas, que lorsqu’on parle d’héritage il y a, en général, un mort quelque part… On pourrait débattre pendant des heures pour savoir si l’héritage est légitime ou non. Mais aujourd’hui, nous dirons simplement qu’hériter (tôt) est sans aucun doute un des moyens les plus rapides d’atteindre l’indépendance financière. Réfléchissez-y à deux fois avant de claquer cet argent dans une grosse voiture ou dans des futilités, vous pourriez amèrement le regretter plus tard.

À propos de l’âge

Cela ne sera une surprise pour personne, mais plus vous commencez tôt et plus rapidement vous pourrez atteindre vos objectifs de retraite anticipée. Cependant, ne pensez pas non plus que si vous avez un âge plus avancé les choses sont pour autant perdues. Le but du jeu est vraisemblablement d’améliorer sa propre situation, n’est-ce pas ? Alors si vous pouvez partir à la retraite un peu avant l’heure ou avec un peu plus de sous de côté, c’est toujours bon à prendre.

À propos de l’expatriation

C’est un sujet qui revient souvent. « Il faut s’expatrier pour réussir ». « Les salaires sont plus élevés ailleurs ». « On paie trop d’impôts en France ». Il y a évidemment autant de réponses possibles que de pays. Surtout, cela va dépendre de vos propres objectifs de vie. Une expatriation doit être un projet réfléchi. Cet article a été écrit dans l’optique de rester en France (et dans la légalité). Sinon ça ne s’appellerait pas « la méthode FIRE en France ».

Les outils à dispositions

Un bref récapitulatif des différents outils et levier que nous allons avoir à disposition pour atteindre nos objectifs en partant de zéro. La liste n’est pas exhaustive.

  • Les revenus. Sans blague, qu’il s’agisse du salaire ou des revenus d’activités non salariés ça sera le principal moteur si l’on part de zéro.
  • L’investissement immobilier locatif. L’investissement immobilier peut être un levier très intéressant si bien réalisé.
  • Le Plan d’épargne Action (ou PEA) : Le PEA reste une enveloppe fiscale très intéressante au-delà de 5 ans de détentions, mais limitée à 150 000€ de versement (et pas de valorisations). Il serait dommage de ne pas l’utiliser. Ce montant est porté à 225 000 € si on ajoute un PEA-PME.
  • Le compte-titre ordinaire : La même chose que le PEA sans limites de versements. Mais, fiscalement cette enveloppe est moins intéressante.
  • L’assurance-vie : Un des placements préférés des Français qui a pris un peu de plomb dans l’aile à cause des mauvais rendements des fonds euros. Ce placement reste tout de même intéressant.

La méthode FIRE en France

Maintenant que nous avons planté le décor, il est tant de passer au vif du sujet.

De combien ai-je besoin pour vivre ?

La première étape consiste à savoir, à peu près, de combien vous avez besoin pour vivre selon vos besoins. Vous devez imaginer un montant qui vous permette de vivre de la manière souhaitée tous les mois. On parle en revenu net par personne et sans d’éventuelles aides sociales. Comme nous avons établi dès le début que vous partez de 0, alors considérons que vous n’êtes pas propriétaires de votre résidence principale et donc vous devez inclure un loyer théorique dans votre revenu. Ce revenu doit être multiplié par 12 pour avoir votre revenu annuel souhaité. C’est le revenu cible.

Avoir un objectif précis: le revenu cible.
Avoir un objectif précis: le revenu cible.

Comme, encore une fois, il y a autant de réponses que d’individus et de situations et que certains sont capables de vivre avec moins que d’autres, nous allons tabler sur un revenu de 1800 € net par mois pour l’exemple. Donc 1800 euros par mois, ça fait 21 600 € à l’année.

Et avec l’impôt sur le revenu, la CSG, la flat tax ?

Il faut ensuite majorer ce montant pour inclure l’impôt sur le revenu (et la CSG), et selon le nombre de parts ça peut se compliquer. Si vous souhaitez avoir plus d’informations sur cet impôt vous pouvez vous rendre sur « L’impôt sur le revenu : comment ça fonctionne ?« . J’ai d’abord voulu détailler tous les cas de figure mais on se retrouve très vite avec tout un tas de calcul indigeste qui risque fortement d’em…béter le lecteur. J’ai donc voulu résumer et simplifier ça au maximum.

On va calculer le « worst case basic scenario ». Au pire des cas, vous êtes célibataires et vous avez donc 1 part par foyer fiscal. De plus, dans ce scénario, les revenus que vous percevrez viendront en majorité de vos placements. Vous serez donc imposé à la flat tax de 30%. Alors d’après mes estimations multipliées votre chiffre (21 600 € dans mon cas) par 1.4 est un bon moyen d’avoir (à la hausse) le montant nécessaire avant taxe.

Ce qui me donnera 30 240 € qu’on va arrondir à 30 000 €. Vous allez devoir arbitrer selon votre situation. Si vous êtes marié avec des enfants, vous pouvez considérer que le revenu cible est plus proche du premier (21 600 €) que du 2e (30 000 €).

La règle des 4%

Si vous avez lu le premier article de cette série: « qu’est-ce que le mouvement FIRE », vous savez que la règle des 4% est une règle pour évaluer à la louche le montant dont vous avez besoin pour pouvoir prendre votre retraite. Certains préfèrent utiliser 3% plutôt que 4% pour plus de sécurité.

Il suffit donc de multiplier le montant obtenu au paragraphe précédent par 25 (4%) ou 33 (3%) pour avoir une idée du montant visé. Donc entre 750 000 € et 990 000 €. Ce site en anglais ou encore celui-ci en anglais toujours récapitulent le taux de succès du retrait en fonction de l’allocation. En résumé :

  • 3% de taux de retrait sur une période de 30 ans avec 50% d’actions et 50% d’obligations donne une probabilité de réussite de 85%.
  • 2.4% taux de retrait sur une période de 40 ans avec 65%-80% d’actions donne une probabilité de réussite de 85%.
  • 2% de taux de retrait sur une période de 50 ans avec 80%-95% d’actions a une probabilité de succès de 85%.
  • Une plus grosse exposition aux actions permettrait de permettre un Taux de retrait plus élevé.

Étant donné que nous avons déjà bien gonflé les montants au préalable, il ne me semble pas irraisonnable de penser que 750 000€ est un montant suffisant dans notre exemple plutôt que 990 000 € pour la méthode FIRE en France. Surtout si nous sommes prêts à nous exposer à une allocation aux actions de l’ordre de 80%.

Disclaimer (encore). Ces montants, théoriques, sont basés sur les différentes informations que l’on peut trouver sur le taux de retrait sur internet et sur des études préalables. Les résultats sont donc à prendre avec un certain esprit critique.

À moduler selon votre âge…

Ce montant devrait en théorie vous permettre de vivre jusqu’à la fin de votre vie sans toucher au capital. Si vous êtes aux alentours de 40 ou 50 ans un montant moindre devrait vous permettre de tenir jusqu’à ce que vous percevez votre allocation retraite (même si elle sera probablement maigre ça sera toujours un complément de revenu). La question primordiale à réellement se poser ici est de savoir si vous souhaitez ou non transmettre quelque chose à vos enfants, si vous en avez. Si ce n’est pas le cas alors vous n’aurez aucun problème à consommer un peu ce capital à la fin de votre vie. Ça ne sert à rien d’être l’homme le plus riche du cimetière.

La phase de capitalisation de la méthode FIRE en France

Comment capitaliser pour FIRE en France
Comment capitaliser pour FIRE en France

Comment je capitalise ?

Concernant le revenu

On ne va pas se mentir. Pour arriver à capitaliser autant dans un laps de temps court sans héritage et en partant de zéro, il faut bien gagner sa vie, épargner et investir agressivement. Donc il y a deux possibilités :

  • Vous êtes un salarié très bien payé avec un salaire de plus de 90 000€ brut soit 70 000 € net. Dans ce cas, continuez comme ça et investissez le maximum de vos revenus tout en essayant de défiscaliser votre part d’impôts sur le revenu si vous en payez.
  • Vous êtes un gérant d’entreprise et vous gagnez déjà très confortablement votre vie (au moins le même ordre de grandeur que la catégorie précédente) alors continuez comme ça. Les mêmes conseils s’appliquent.

Y a t’il une troisième option ?

Heureusement oui. Je pense que les réactions vont être mitigées. Mais j‘aimerais mettre le focus sur le statut des indépendants et de la micro-entreprise. En résumé, le régime de la micro-entreprise permet de créer sa propre entreprise et de pouvoir facturer jusqu’à 70 000 € lorsqu’on fait de la prestation de service. Elle possède une flexibilité intéressante, ainsi que de faibles cotisations sociales ainsi que d’une plus faible imposition (car il y a un abattement de 50% sur le revenu imposable). Il faut, à partir de 33 000 € de chiffre d’affaires, récupérer la TVA ce qui a tendance à grever la rémunération globale.

Si dans l’immédiat, vous n’êtes pas dans les deux catégories précitées et que vous souhaitez augmenter drastiquement vos revenus, je vous invite à sérieusement considérer :

  • De devenir indépendant sous le régime de la micro entreprise si votre profession le permet.
  • De facturer un prix conséquent pour atteindre le plafond de 70 000 €.
  • D’avoir une activité si possible « dématérialiser » parce qu’elle occasionne peu de frais et que vous pouvez la faire en télétravail.
  • De facturer, toujours si possible, à des clients qui ne sont pas redevables de la TVA (donc une bonne partie des pays hors Europe).
  • D’envisager une reconversion professionnelle.

Si toutes les cases sont cochées, la micro-entreprise vous permettra d’obtenir environ 4200 € net par mois (lissées sur l’année) si vous arrivez à faire vos 70 000€ maximum par année.

Ainsi tous les métiers de la prestation de service sont concernés. Développeur informatique, graphiste, consultant UX, chef de projet digital, prof de langues en ligne, etc. Je n’ai pas dit que c’était simple ou accessible à tout le monde je dis simplement que c’est une sérieuse possibilité. Il y a certainement d’autres professions qui peuvent faire la même chose sans pour autant passer par la micro-entreprise. Quid des professions libérales ? Cela mérite d’être creusé.

Et si ça n’est toujours pas applicable pour moi ?

Alors si vous n’avez pas dans l’immédiat la possibilité d’avoir un revenu conséquent, il va falloir bénéficier d’un effet de levier suffisamment important. Pour ça, si l’on exclut de gagner au loto ou de braquer une banque, il reste deux solutions :

  • L’investissement immobilier locatif. C’est un vecteur d’enrichissement très important grâce à l’effet de levier provoqué par l’emprunt bancaire. Vous avez 10 000 € et vous empruntez les 90 000 €. Vous pouvez acheter un appartement qui coute 100 000 €. Mais attention, l’immobilier c’est un métier et c’est très loin d’être une promenade de santé comme le laissent présager certains vendeurs de rêves. Ça nécessite une très bonne connaissances du marché immobilier, des règles fiscales (LMNP, …) tout en appliquant une rigueur (négociation, stratégie) et de mettre le minimum d’argent en apport. Mais aussi d’avoir les reins solides en cas de coup dur. Vous trouverez sur internet tout un tas de sites qui traitent ce sujet. Mais il serait vraiment dommage de passer outre le potentiel qu’offre l’immobilier.
  • L’entrepreneuriat. Dis de manière simplifiée, c’est créer sa propre entreprise qui permettra de gagner beaucoup d’argent ou de la revendre pour gagner beaucoup d’argent.

Comment je place mon argent ?

Comment placer son argent ?
Comment placer son argent ?

Je ne vais pas vous dire s’il faut acheter X ou Y parce que très franchement je n’en sais rien. De toute façon, c’est interdit de donner des conseils en investissements de cet ordre-là. En revanche, j’aimerais discuter de quatre placements qui vont nous intéresser dans le cadre de cette méthode Fire en France. L’assurance-vie, le PEA, le compte-titre et l’immobilier. Tout d’abord, je ne vous apprends rien, l’investissement comporte des risques de pertes du capital. Vous devez vous renseigner sur les placements dans lesquels vous investissez. De plus, vous devez toujours avoir une épargne de sécurité. Il est généralement conseillé d’avoir entre 3 et 6 mois de revenus dans un placement sûr et facilement disponible comme le livret A.

Le PEA (et son petit-frère le PEA PME)

Sans pour autant réexpliquer le fonctionnement du PEA. Il serait vraiment dommage de ne pas bénéficier de l’effet de l’avantage fiscal du PEA. Vous pouvez y verser jusqu’à 150 000 euros (225 000 € avec un PEA-PME), mais l’encours peut être bien supérieur. Les retraits devront s’effectuer obligatoirement après 5 ans minimum de détention.

L’assurance-vie

Pas de limites de versement pour l’assurance-vie. Il faut une répartition intelligente entre le fonds euros plus sûrs, mais qui aujourd’hui ne rapporte plus rien et les unités de comptes (UC) plus risqués. Vous pourrez effectuer des retraits en bénéficiant d’un abattement fiscal à hauteur de 4600 € sur les intérêts (pour une personne seule) après 8 ans de détention. La CSG (17,2%) reste dûe sur la part des intérêts. Rien n’empêche d’ouvrir plusieurs assurances vie (chez des assureurs différents tant qu’à faire) pour diminuer le risque et optimiser l’abattement fiscal.

Le CTO

Comme le PEA, mais sans l’avantage fiscal et la limite sur les versements. Les gains seront imposés avec la « flat-tax » de 30%.

L’investissement immobilier

Comme ça a été dit plus haut, l’intérêt de l’investissement immobilier est de pouvoir bénéficier de l’effet de levier. Mais si vous arrivez à faire en sorte que les loyers que vous percevez de votre location soient supérieurs au montant du crédit et des charges de votre achat alors vous pourrez très rapidement vous constituer un capital. Et vous pouvez enchainer les achats si vous avez bien optimisé.

Et donc la stratégie ?

Si je reprends mon exemple de 750 000 €. On pourrait établir une stratégie comme suit :

Répartir l’épargne dans votre PEA/PEA-PME et votre assurance vie équitablement. Une fois qu’on a atteint un montant suffisant dans l’assurance vie (50k), investir au maximum dans votre PEA en essayant d’atteindre la limite de versement (225 000 €). En parallèle, utiliser de l’effet de levier pour acheter quelques (au moins un) biens immobiliers (quitte à ce que ça soit la résidence principale même si ce n’est pas le plus optimisé pour capitaliser au maximum).

Une fois que le PEA/PEA-PME est complété, répartir les montants restants dans l’assurance-vie et dans le CTO tout en investissant encore dans l’immobilier. Mais l’immobilier peut-être aussi vendu pour récupérer une bonne partie de son capital exonéré grandement après 22 ans de détention et totalement après 30 ans.

Ça,c’est le plan général. Maintenant, si l’immobilier locatif ça vous révulse investissez plutôt au maximum dans le CTO ou éventuellement dans votre résidence principale. Si au contraire l’immobilier c’est votre grande passion alors vous pouvez maximiser l’investissement dans la pierre.

Selon la stratégie... ça peut prendre du temps.
Selon la stratégie… ça peut prendre du temps.

Combien de temps ça va me prendre pour atteindre FIRE ?

Ça va dépendre de pas mal de facteurs, vous vous en doutez. Notamment de la performance des marchés, de son allocation d’actif, de la performance de ces investissements immobiliers et des aléa de la vie. Mais surtout votre capacité à épargner chaque mois. Si je reprends mon exemple avec quelqu’un qui cherche à obtenir 750 000 € de patrimoine et qu’il arrive à mettre 2500 euros de côté par mois. Ça ne semble pas irrationnel d’y arriver en 15 ans. Disons 10 ans, si les étoiles sont alignées et 20 ans si on rencontre quelques difficultés.

Encore faut-il être capable de mettre ce montant-là de côté par mois, de n’avoir aucun pépin dans la vie, etc. Certes, je sais ce que vous allez me dire. Tout le monde n’a pas cette possibilité de mettre autant de côté. Si ça doit vous prendre plus de temps, ainsi soit-il. Le principal est que votre retraite sera toujours plus confortable avec un patrimoine plus important.

Mais encore une fois, si vous avez acheté un appartement que vous louez virtuellement vous épargnez de l’argent tous les mois. Donc les 2500 € ne sont pas forcément de l’argent que vous, vous mettez de côté. C’est là aussi l’intérêt de l’effet de levier de l’investissement immobilier.

La phase de consommation de la méthode FIRE en France

Une fois que vous avez accumulé le montant nécessaire, il va falloir puiser intelligemment dans vos placements pour que ceux-ci durent le plus longtemps possibles. Pour rappel, une fois l’assurance vie et votre PEA ouverts il faudra attendre respectivement 8 et 5 ans pour profiter des avantages. L’avantage d’avoir autant de (potentiellement 4) placements différents et que ça permet de répartir le risque dans vos investissements tout en limitant au maximum l’imposition. Si votre PEA monte peut-être que votre CTO va baisser et votre AV va stagner un peu. Cela devrait aussi vous permettre de vous protéger de l’inflation avec des placements qui devraient (on l’espère) performer plus que l’inflation. On rappelle que pour la règle des 4% soit viable il faut une répétition entre actions et obligations de l’ordre de 80/20.

Comment consommer efficacement votre argent ?
Comment consommer ?

Consommation de l’assurance-vie

Pour l’assurance vie, selon la part d’intérêt que vous avez, vous pourrez retirer minimum 4600 € (pour une personne seule) sans payer d’impôt chaque année minimum après 8 ans. Le maximum peut être calculé avec la formule suivante :

Avec x, la part de votre assurance vie qui représente les intérêts. Y la part de l’assurance vie qui représente le capital de base. Par exemple. J’ai accumulé 125 000 € dans mon assurance vie répartie avec 100 000 euros de capital de base (mon y) et 25 000 € d’intérêt (mon x). Ce qui donnerait potentiellement 18 400 € de retrait maximum sans impôts. Mais vous avez encore la CSG de 17,2% à payer. Le problème c’est que la part d’intérêt baisse mécaniquement au fil du temps et donc il est de moins en moins possible de retirer de son assurance vie sans payer d’impôts.

Consommation du pea

Une fois passé vos 5 ans, vous pouvez retirer le gain sans être imposé sur le revenu. Vous avez tout de même à payer la CSG de 17,2% sur ces retraits.

Consommation du CTO

Le CTO, lui, et taxé à l’impôt sur le revenu. C’est le fameux prélèvement forfaitaire unique ou la « flat-tax » de 30%. Composé de 17,2% de CSG et de 12,8% d’impôts sur le revenu. Mais vous pouvez, en option, demander à être imposé au barème de l’imposition, sur le revenu. Ce qui sera plus avantageux si vous retirez l’équivalent de 25 000 € d’intérêts (donc plus si on compte le capital) par ans et si vous n’avez pas d’autres revenus imposés.

Consommation d’un bien immobilier locatif.

Ça dépend surtout de votre mode de détention. LMP, LMNP, SCI à l’IS etc. Je ne vais pas rentrer dans les détails ici parce que ça nécessiterait un article à part entière (et que j’ai besoin d’approndir le sujet). Essayez de récupérer au maximum les loyers pour vivre tout en incluant les différentes taxes.

En bref

Si vous avez de l’immobilier, consommez en priorité les loyers (si vous en avez). (Sinon) Retirez ou complétez vos revenus par des retraits de l’assurance vie en respectant les limites mentionnées plus haut et si besoin complétez avec le PEA. Lors que vous n’avez aucun autre type de revenu pioché de l’argent de votre CTO. Lorsque vos placements traversent des périodes noires. Essayez de retirer moins tout en piochant dans les placements qui ont de bons résultats.

Si vous avez besoin de laisser se « recharger » un peu l’AV et le PEA alors préférez piocher dans le CTO. Si vous multipliez votre revenu cible par 1.4 alors vous ne devriez pas avoir de mauvaises surprises par rapport aux impôts et à la csg (et autres taxes) et devriez avoir assez pour vivre. Vous avez là une base de méthode pour Fire en France.

Les variantes de la méthode FIRE en France selon les stratégies

Adaptez la stratégie selon vos envies.
Adaptez la stratégie selon vos envies.

La méthodologie décrite ici concerne un LeanFire classique (selon moi). Voyons comment adapter le plan aux différentes méthodes FIRE en France.

Les frugalistes

Vous aurez certainement besoin d’un montant bien moindre. De même que vous n’avez probablement pas à multiplier votre revenu cible par 1,4 mais plutôt 1,1. De même que le CTO ne vous sera probablement pas utile. Et l’immobilier locatif pourra potentiellement vous mettre en danger en cas de pépin. Privilégiez l’assurance vie et le PEA.

BaristaFIRE / CoastFIRE

Si vous vous retrouvez dans ce cas de figure, je vous invite sérieusement à considérer la micro-entreprise, encore une fois. C’est pour moi ce qui permet d’avoir le meilleur rendement, temps et argent en France. Surtout si vous suivez les préconisations (travaillez en télétravail, dans un pays qui n’a pas de TVA, etc.). De même si vous facturez à un taux journalier élevé (si ça s’applique à votre profession) alors la limite des 70k vous oblige à avoir beaucoup de vacances. Je connais des ingénieurs informatiques qui bossent 3 mois dans l’année pour 9 mois de vacances. Il est aussi possible d’avoir un travail à temps partiel ou des aménagements d’horaires qui permettent tout de même d’obtenir une bonne qualité de vie.

FatFire

La grande question : est-il possible de FatFire en France ? Probablement que oui, mais ce n’est pas forcément la méthode la plus facile à appliquer. N’étant pas directement confronté à ce cas de figure dans l’immédiat, je ne peux que spéculer. Je dirai que la possibilité d’atteindre fat fire en France peut se réaliser grâce à des investissements massifs dans l’immobilier ou dans des entreprises au travers de mécaniques optimisées(Holding, …) et basiquement de l’entrepreneuriat. Dans ce cas de figure pas besoin d’optimisation avec l’AV ou le PEA (même si vous pouvez toujours en profiter).La flat tax rend l’imposition plus douce pour les revenus mobiliers importants.

Le drapeau de la France qui flotte au vent.

Conclusion de la méthode FIRE pour la France

Après avoir écrit cet article, je me rends compte que la France est un pays plutôt adapté à la méthode FIRE. Il est tout à fait possible d’envisager une retraite anticipée dans notre pays. Mais pour réussir, il faudra pas mal de connaissances, d’implications et d’optimisations. Il sera forcément plus simple d’y arriver dans un pays avec aucune taxe et aucun prélèvement obligatoire et des salaires plus elevés, mais pour autant ce n’est pas ça qui empêche de le faire en France.

J’aimerai aussi revenir sur le montant et la capacité d’épargne que j’ai utilisé dans cet exemple. Je comprends bien que peu de personnes peuvent se permettre d’épargner 2500 euros par mois. Et c’est normal. Mais gardez à l’esprit que :

  • Vous n’avez pas forcément besoin de 1800 €
  • Le montant de 1,4 est probablement (très) exagéré.
  • Selon votre situation, vous serez bien moins imposable (voir le point au dessus).
  • Le principal, c’est avant tout d’améliorer VOTRE situation et vous ne devez en avoir rien à faire que le voisin arrive à prendre sa retraite plus tôt que vous.
  • Un héritage, quoi qu’on dise, ça aide si bien utilisé.

Nous arrivons enfin à la fin de cet article sur la méthode FIRE en France, je remercie ceux qui ont eu le courage de tout lire parce qu’il a été long à écrire (et à lire aussi). Encore une fois, je ne prétends pas qu’il n’y ait pas d’erreurs ou que la réflexion soit infaillible, je voulais juste proposer du contenu applicable au cas Français. Si vous avez des suggestions d’améliorations, je serai ravi de les entendre.

Si vous pensez que ce type de contenu peut intéresser des personnes autour de vous n’hésitez pas à le partager et sinon vous pouvez toujours rejoindre la newsletter du millenial-indépendant pour être informer de la prochaine sortie des articles. Merci à vous !

Photo par Goh Rhy Yan, Mat Reding, Robert Anasch, Avery Evans, Sharon McCutcheon, Chelsea fern sur Unsplash

Leave a Reply